01 53 32 17 13

Projet annoncé de privatisation de la Française des Jeux (#FDJ), pour ou contre ?

 

Cette enquête exclusive a été réalisée en coopération avec Opinea, notre partenaire gestionnaire de nos access panels. 

La répartition des répondants est représentative de la population selon les quotas d’âge, de sexe, de région d’habitation, de situation professionnelle et de structure familiale.

Le terrain s’est déroulé entre le 8 et le 12 juillet 2019.

1004 réponses ont été obtenues selon ces quotas de représentativité, pour un intervalle de confiance globale de + ou – 3,1%.

Notre institut est totalement indépendant des partis politiques, groupes financiers et syndicats, cette enquête n’a été commanditée par aucun client ni groupe d’influence.

Les Français sont nettement opposés à la privatisation de la Française des Jeux.

Moins de deux Français sur dix soutiennent ce projet très impopulaire.

 

Toutes les catégories de Français rejettent cette idée de privatisation de la FDJ.

Après le projet de privatisation des Aéroports de Paris, lui aussi très impopulaire, les accords de libre-échange avec le Canada (CETA) et le MERCOSUR (Amérique du Sud), le peuple français semble opposé à cette accélération du néo-libéralisme et des échanges commerciaux qui peuvent laisser perplexes les agriculteurs, les défenseurs de l’environnement et du patrimoine national.

 

Les soutiens du président de la République sont eux-mêmes opposés à la privatisation de la Française des Jeux.

 

 

Les Français contestent majoritairement la nouvelle campagne de privatisations qui, certes, permettrait de générer une trésorerie à court terme pour le budget de l’Etat, mais qui pourrait aussi être un choix contestable à long terme (débat actuel sur la privatisation des autoroutes).

Le clivage entre le peuple et ses représentants politiques apparaît ici évident.

Ces choix non partagés avec les Français risquent de préparer un bouleversement politique de grande ampleur qui se déclencherait sous n’importe quel prétexte anecdotique.

Le débat sur toutes ces orientations stratégiques pour la France devrait être ouvert et tranché par le peuple souverain pour retrouver sa confiance indispensable.